Andorre

par: Iyna Bort Caruso

Principauté relativement secrète des Pyrénées orientales, Andorre peut se vanter d’être l’un des pays du monde où l’espérance de vie est la plus longue.

On y vit longtemps, et on y vit bien. La criminalité y est faible, le chômage aussi, et l’euro, monnaie de facto, vaut davantage dans cette principauté enclavée que dans les pays limitrophes, la France et l’Espagne.

En réalité, les Andorrans sont une minorité dans leur pays ; ils représentent à peine un tiers de la population. Le reste est principalement composé d’Espagnols, de Portugais et de Français. La langue officielle est le catalan.

L’absence d’aéroport international fait d’Andorre une destination peu connue, même si de grandes agglomérations comme Barcelone, en Espagne, et Toulouse, en France, sont situées à moins de 200 kilomètres. La visibilité d’Andorre s’est toutefois améliorée ces dernières années en raison de son secteur bancaire privé et de l’essor du tourisme, notamment des sports d’hiver. La petite principauté bénéficie d’un climat méditerranéen de haute montagne, avec un enneigement garanti et quelque 300 jours d’ensoleillement par an. L’État a massivement investi dans ses infrastructures de ski, et les skieurs ont répondu en investissant à leur tour dans des chalets et des maisons de vacances.

Le pays est constitué de sept paroisses. Sa capitale, Andorre-la-Vieille, est la plus haute d’Europe. Canillo, au nord-est d’Andorre-la-Vieille, est reliée par télécabine à la principale station de ski du pays, Grandvalira, qui abrite le plus grand domaine skiable de la péninsule ibérique. La paroisse d’Ordino est connue pour sa culture, sa cuisine et ses maisons de caractère protégées. Les résidences typiques des Pyrénées présentent une architecture de faible hauteur où dominent le bois, l’ardoise et la pierre brute. L’effet rendu est rustique et solide. La station thermale réputée d’Escaldes-Engordany abrite quelques-uns des exemples d’architecture en granite les mieux préservés du pays. Le mouvement en faveur d’une architecture en granite est né dans les années 1930, à l’époque où Andorre commençait à renoncer à sa société rurale pour s’urbaniser. L’arrivée de maçons espagnols a abouti à ce style catalan du siècle nouveau, dans lequel le granite extrait des carrières d’Andorre est devenu un élément éminent du design des façades résidentielles.

­