Vivre à Sainte-Lucie

par Iyna Bort Caruso

À Sainte-Lucie, le monument le plus célèbre est un monument de la nature : les Pitons, deux cônes volcaniques jaillissant des flots. Ils incarnent l'étrangeté exotique de l'île tropicale et les dons surprenants qu'elle recèle. L'un d'entre eux se trouve aux abords de la ville de Soufrière, qui posséderait le seul volcan du monde visitable en voiture.

Située à l'extrémité sud de l'archipel des Caraïbes, Sainte-Lucie est une île volcanique, plus montagneuse que ses voisines. L'océan Atlantique vient lécher sa côte est, tandis que la mer des Caraïbes mouille sa côte ouest. Une chaîne de montagnes court tout le long de l'île, dominée par des forêts et quadrillée par 46 kilomètres de pistes.

La population d'un peu moins de 200 000 habitants grossit avec le flot des vacanciers et des propriétaires de résidences secondaires, qui profitent de vols directs au départ des États-Unis, du Canada, d'Allemagne et du Royaume-Uni. L'île est également très appréciée des plaisanciers, attirés par les eaux calmes et profondes de la mer des Caraïbes, où ils viennent mouiller dans deux ports modernes et havres naturels.

Le commerce, prospère toute l'année, apporte une véritable qualité de vie. Si la saison des pluies s'étend de juin à novembre, les averses ne durent souvent que quelques minutes.

Sainte-Lucie est autonome depuis 1967, après plus de 160 ans passés sous la coupe britannique. Autrefois le plus grand producteur de bananes au monde, son économie repose désormais sur les services financiers et le tourisme. Rapide, le développement immobilier est régulé par l'état, afin de protéger les forêts tropicales et les réserves marines.

La cuisine, la culture et les événements de l'île sont influencés par les traditions anglaise, française et africaine.

Ses festivals musicaux et artistiques ainsi que son carnaval annuel attirent les foules du monde entier depuis des années.

De manière générale, le coût de la vie est plus bas à Sainte-Lucie qu'en Amérique du Nord. La variété de l'offre immobilière de Sainte-Lucie est surprenante pour une île de cette taille : immeubles au bord de l'océan, maisons de campagne et résidences avec parcours de golf, domaines à flanc de colline et propriétés dans des centres de villégiature, avec société de gestion sur place pour ceux qui désirent mettre leur bien en location.

L'île est divisée en quartiers. Castries, la capitale, abrite environ un tiers de la population. Dans le quart nord de Castrie, Gros Islet, qui était autrefois un village de pêcheurs, est aujourd'hui connu pour ses fêtes de rue du vendredi soir. Aux abords de Rodney Bay bat le cœur de l'île, avec ses bars, ses restaurants, ses centres commerciaux, ainsi que son seul casino. Cap Estate, au point le plus septentrional de Sainte-Lucie, est l'une des communautés les plus prisées de l'île, avec ses plages, ses falaises, son accès au golf et au country club, et sa vue magnifique sur la mer.